Meseret Haileyesus

Centre canadien pour l'autonomisation des femmes (CCFWE)

Ottawa, ON

meseret haileyesus ashoka canada

Secteur d'Impact

Développement Économique

Droits de l'Homme & Égalité

Engagement Citoyen

METTRE FIN À L’EXPLOITATION FINANCIÈRE AU CANADA

L’enjeu : Plus de 95 % des femmes victimes de violence conjugale sont également victimes d’exploitation financière. En raison de facteurs comme les normes de genre patriarcales, le manque de sensibilisation et les interventions systémiques, les femmes qui vivent ou ont vécu des dynamiques d’exploitation financière dans leur couple se retrouvent dans une position difficile et vulnérable. Pourtant, cette forme de violence est rarement reconnue et encore moins souvent signalée.

al etmanski

La solution : Par l’entremise du Centre canadien pour l’autonomisation des femmes (CCAF), Meseret Haileyesus met de l’avant de nouvelles approches pour promouvoir l’équité économique et la résilience des femmes. Se fondant sur les expériences des victimes, elle rallie divers.e.s intervenant.e.s pour faire changer les politiques et mettre en place un filet social, financier et réglementaire qui assurera une protection contre l’exploitation et l’injustice financières.

Pour lutter contre l’exploitation financière et aider les femmes à s’épanouir, le CCAF a adopté une approche équitable, intersectorielle, guidée par l’expérience des victimes et axée sur les preuves.

Mettre fin au silence. Mettre fin aux cloisons. Bâtir un système holistique qui priorise la sécurité des survivantes, punit le contrôle coercitif et protège les droits économiques des femmes.

SOUTENEZ CETTE FELLOW

Protéger la dignité financière des femmes

Saboter son emploi. Refuser de travailler. Prendre son argent. Lui demander de justifier chaque dépense. Détruire son crédit. Lui refuser de la nourriture, des vêtements, un moyen de transport, un téléphone, une formation, un emploi, des médicaments, du chauffage, un logis. La menacer de l’empêcher de voir ses enfants. Refuser de lui verser une pension alimentaire.

Ces gestes ne sont que quelques exemples d’exploitation financière, une forme de violence familiale qui touche la majorité des femmes vivant des relations abusives et qui, dans bien des cas, les empêche de quitter la personne qui les exploite ou les force à retourner auprès d’elle. Comme le souligne Meseret Haileyesus, l’exploitation financière peut entraîner des conséquences permanentes et désastreuses.

« Même une fois qu’une femme a quitté la personne qui l’exploitait, il peut être extrêmement difficile pour elle de trouver une sécurité financière en raison des conséquences possibles de la violence subie : dossier de crédit entaché, dynamiques de santé mentale, historique d’emploi instable ou itinérance. »

Par l’entremise du CCAF, Meseret lutte contre l’exploitation financière. Avec des victimes, des travailleur.euse.s de première ligne, des institutions financières, des gouvernements, des représentant.e.s du système pénal et du milieu du droit familial, des chercheur.euse.s et d’autres intervenant.e.s, elle s’attaque aux lacunes des politiques et procédures et milite pour les droits économiques des femmes. Le CCAF est le premier et le seul organisme de ce genre au Canada.

Comme l’explique Meseret, il est essentiel d’adopter une approche intersectorielle pour éviter de travailler en vase clos et pour corriger les graves lacunes dans les politiques qui peuvent rendre les femmes vulnérables. Caissiers et caissières des banques, employé.e.s des refuges, agences de crédit, tribunaux, services publics, propriétaires… Nous devons tous et toutes comprendre et reconnaître l’exploitation économique et l’éradiquer ensemble pour permettre aux femmes de se rétablir et d’être prospères financièrement.

Le CCAF mène des recherches, formule des recommandations de politiques et de lois, offre des formations, crée des outils numériques comme des applications mobiles et met sur pied des stratégies novatrices pour reconnaître, contrer et prévenir l’exploitation financière. Par exemple, en partenariat avec le CCAF, le groupe de travail canadien pour la justice économique des femmes (National Taskforce for Women’s Economic Justice) est en train de mettre au point un tout premier outil de détection de l’exploitation financière à l’intention des institutions financières, refuges, avocat.e.s et professionnel.le.s de la santé du pays. De plus, le CCAF milite pour que l’Agence de la consommation en matière financière du Canada crée pour les banques du pays un code de conduite financier visant à protéger et soutenir les femmes.

Grâce au militantisme de terrain et à l’influence politique de Meseret, le gouvernement du Canada a inclus l’exploitation économique dans son Plan d’action national pour mettre fin à la violence fondée sur le sexe. Aujourd’hui, Meseret milite activement pour que la question de l’exploitation économique soit intégrée à la Stratégie nationale pour la littératie financière. Elle a aussi agi à titre de témoin invitée au Comité permanent de la condition féminine de la Chambre des communes du Canada.

En collaboration avec FinPowered et Miss World Canada 2020, le CCAF a offert plus de 85 ateliers gratuits sur la culture financière dans les refuges pour femmes du pays en 2021. De plus, la journée nationale qu’elle a créée pour sensibiliser les gens à l’exploitation financière a été reconnue par 31 municipalités au Canada ainsi que par la Chambre des communes.

Meseret est aussi la fière maman d’une fille qui la motive à travailler pour une société juste et inclusive qui défend et promeut le bien-être des femmes et des filles.

Faits Saillants du Réseau

The impact of intimate partner economic abuse on mental health
Founder of Ottawa-Based Women’s Charity Wins National Changemaker Award
Policy change needed to end economic abuse
2021 Women of Inspiration™ Award Winners